Le discours du président français au Cap en Afrique du Sud fin février 2009  à propos de faire rentrer les enfants à la maison ne cesse de susciter des réactions.

Je viens vous donner à lire et à voir deux réactions :   une d’un bloggeur ivoirien Kouamouo http://kouamouo.ivoire-blog.com/archive/2008/03/01/la-grande-peur-des-francafricains.html   à la suite de l’édito vidéo  de Christophe Barbier : http://www.lexpress.fr/idees/debats/dossier/editobarbier/... .

A mon tour je n’ai pas hésité à réagir à chaud sur la vidéo, je vous promets que je viendrais vous livrer mon analyse du discours de sarkosy dans les jours qui viennent. Et j'ai le plaisir de  vous convier à la lecture de ma propre réaction.

Cet édito-vidéo résume toute la problématique et la culture des élites françaises face à l'Afrique. Au moins Christophe Barbier avoue qu'ils ont plus d'intérêt à sauvegarder, que la vie et la liberté des Africains, donc à rester en Afrique. Et il a raison d'évoquer les intérêts français, ils sont encore enormes et même au dessus des droits de l'Homme.

Par cet édito, il montre bien à mots couverts que la France a de plus en plus besoin du marché africain et que vraisemblablement celui-ci lui échappe de plus en plus, notamment avec l'irruption de la Chine et de l'Inde, d'où certaines difficultés économiques.



C'est aussi ça qui fait penser que le discours de Nicolas Sarkosy est un discours de circonstance, car on ne voit pas comment le président Nicolas Sarkosy qui fait toute sa politique en France pour les entreprises puissent aller à l'encontre des profits faciles que ses amis industriels font en Afrique à commencer par Bolloré ou la compagnie Total?

Cela dit, cette vidéo montre bien que les Français auront du mal à quitter le sol africain.

C'est pour cela l'argument de Christophe Barbier au nom de la réal politik est faux, la preuve le président américain Bush est revenu bredouille de l'Afrique, où il voulait pré positionner des troupes américaines avec son histoire d'Afrikom, il y a eu très peu des pays africains enthousiasmés.

Et puis on peut répondre à Christophe Barbier, que son pays la France après la guerre de 1939-1945 a bien demandé aux Américains qui les ont liberés de quitter, il suffit d'aller fouiller dans les archives de cet hebdomadaire pour lire et voir les photos des français avec le fameux slogan "go home" Ce qui n'a pas empêché la France d'être envahie par la culture américaine.

Alors pourquoi ce qui serait bon pour la France serait mauvais pour l'Afrique, au nom de quelle règle?.

Avec le départ des troupes françaises des territoires africains, les Africains seront plus libres et la démocratie fera que d'autres forces militaires ne pourront pas s'y installer.

A mon avis je suis convaincu que la France vient de comprendre que sa position de soutien aveugle aux dictateurs n'est plus tenable.

Les événements du Tchad et du Cameroun viennent de montrer que les peuples africains ont franchi une nouvelle étape vers le chemin des libertés. Ils n'ont plus peur des Français.
L'échec ivoirien des Français serait la graine qui commence à donner un arbre et la France veut couper cet arbre avant qu'il ne donne les fruits de la liberté.


Quoi qu'il en soit le chemin de la liberté est sans retour, l'Afrique s'y est engagée.

Les forces militaires occidentales stationnées sur le continent émasculent les souverainetés africaines et sont anti-peuple, elles n'ont jamais porté secours aux populations civiles africaines, on se rappelera de l'opération Turquoise au Rwanda en 1994, Pélican au Congo en 1997, et Epérvier depuis les années 80 au Tchad, c'est pour cela qu'il n'y aura ni Chinois ou Américains pour remplacer les Français.


Entre nous le départ des forces françaises de l'Afrique ne signifie pas fin de l'exploitation, au contraire avec ce départ la France espère amoindrir le sentiment anti-français qui monte en puissance exponentielle en Afrique afin de garder les quelques bastions économiques qui lui reste face au rouleaux compresseurs, chinois (économique) et américain (culturel et évangélique).


C'est la vérité, sur ce  point Nicolas Sarkosy est en avance, et Christophe Barbier comme l'ensemble de l'élite française sont en retard. Ainsi ce donc ce discours du président français, Nicolas Sarkosy au Cap (en Afrique du Sud) quelques heures seulement après avoir porté son soutien à Deby et fait le gendarme au Tchad s'inscrit dans le doit fil du discours de Dakar (pour ne pas revenir sur celui-ci) qui pour moi, était un ballon d'essai pour tester la vigilance des Africains, surtout des sociétés civiles. Vous remarquerez que tout le tollé soulevé, seul le président Mbeki de l'Afrique du Sud avait félicité Nicolas Sarkosy.

Tous les Africains qui sont abonnés à ce journal doivent se désabonner car Christophe Barbier au même titre que Sarkozy insulte l'Afrique "le continent de toutes les malédictions" qui a maudit qui et quoi serais-je tenter de lui demander. Et si "le continent est maudit" alors que les Français la quitte bon sang!