Structure du pouvoir  selon la pyramide

on distingue trois formes de pyramides du pouvoir  pyramide_du_pouvoir.doc

      Tristes Afrique, pauvres Africains !

Il y a près de 2 semaines que des rebelles livraient bataille contre les forces dites gouvernementales. Idriss Deby Itno a sauvé son pouvoir grâce à l’appui logistique de la France par le biais de la force armée stationnée à Ndjaména. 

Par ce geste la France a bien voulu montrer aux Africains CFA qu’elle  contrôlait encore l’Afrique ( ce qui est en réalité est faux, -il faut suivre de près l'offensive chinoise et américaine sur le continent à propos du pétrole- je le développeras plus  tard dans un autre écrit) et seconde chose que la société civile  tchadienne et l’opposition ont fait voler en éclats la grande victoire obtenue sur le contrôle des revenus pétroliers tchadiens. Exemple qui devait servir à l'Afrique.

Dun côté l’attaque des rebelles signifiait pour le moins qu’on puisse dire, que les Tchadiens n’ont pas d’autres solutions que la violence pour faire partir Idriss Déby et de l’autre la France, qui, par des mécanismes subtils et intelligents maintenait les Africains dans la soumission est obligée d’utiliser elle aussi la violence ( forces armées soutenait les dictateurs ).

Dans ces conditions, on voit mal comment les peuples du Tchad et des autres pays CFA producteurs de pétrole peuvent accéder à leurs libertés fondamentales ?

Toujours dans cette absence d’innovation, les élites  africaines préconisant la Démocratie en passant par le vote doivent se poser des questions d'aboutir, voire de considérer que le vote ne serait pas une fin en soi. On le voit avec l'exemple du  pouvoir de Ndjaména arrivé par coup d’état en 1990, a appelé les Tchadiens au vote  avec cette réalité triste que le résultat serait  connu  d’avance, histoire de se légitimer vis-à-vis de la mascarade de la macabre scène  internationale. Il n’y avait qu’à lire les affiches de campagne de Déby ("IDI réélu dès le premier tour").

Cela prouve à suffisance que les acteurs (Déby et ses auxiliaires) de cette mascarade ne connaissent pas l’essence même du vote. L’issue d’un vote par définition n’est jamais connu d’avance car c’est seul le peuple qui décide de confier son pouvoir à des personnes de confiance,  et de donner ses voix dans une relation d’estime et de mutuelle confiance. Et dans les conditions africaines où la majeure partie de la population, par la faute des pouvoirs dictatoriaux en place, soutenu par l’Occident complice qui trouve son intérêt,, vit avec moins d’un Dollar américain (équivalent de 650 francs des colonies françaises d'Afrique) par jour quand les prix du baril de pétrole à New York ou Londres dépassent  les 70 Dollars et flirtent avec 75 Dollars, on admet mal que ces mêmes pouvoirs  soient réélus dès le premier tour, c’est ce qui s’est passé au Gabon, qui va se passer au Tchad et  prochainementau Congo et Angola. Ce constat serait-elle explicable, par l’amnésie des peuples? ou par  des mécanismes de soumission mises en place par ceux qui détiennent la connaissance.

Cela m’amène à croire, à l’heure actuelle la voie vers le retour effectif et global des libertés fondamentales, la souveraineté intégrale des peuples par le vote ne me semble pas être la voie appropriée pour réaliser pleinement la démocratie et le lien social dans ces pays pétroliers. L’opposition tchadienne en appelant au boycott a eu raison de ne pas cautionner cette mascarade. Il lui faut aller au bout de cette logique.

C’est l’une des premières pistes que l’on peut  expérimenter c’est-à-dire le boycott total, se mettre en marge de tous les mécanismes formels  de ces démocraties de façade. Il nous faut dépolitiser l’espace politique ; Solution radicale mais moins violente ayant l’avantage d’épargner des vies humaines.

Il s’agit tout  pour tous les partis politiques de muter tous  vers des associations à caractère  non-politique privant ainsi ces dictateurs d’alibi qu’ils existent chez eux des partis politiques. Il faut savoir que tous ces dictateurs sont maîtres dans l’art de manipuler les symboles. Il nous faut les priver de tous les symboles de la démocratie en allant au bout de la logique qui peut paraître absurde pour certains. En cessant toutes activités politique on crée ipso-facto chez ces dictateurs le parti unique à la différence qu’ils sont obligés de le faire fonctionner pour avoir une Démocratie de façade.

Pour asseoir cette situation de non-contradiction donc d’absence des mécanismes de Démocratie. Les élites et les sociétés civiles africaines doivent investir le champ social c’est-à-dire socialiser les problèmes sociaux des populations en se rapprochant d’elles. Ainsi les associations, comme de Droit de l’homme ne s’occuperont que cette activité en inondant les tribunaux des plaintes, il s’agit d’obtenir à l’usure le respect de la loi. D’autres associations par exemple pour le fédéralisme ne ménageraient  aucun effort pour aller, quartier par quartier, maison par maison, individu par individu, expliquer les avantages du fédéralisme. D’autres associations se consacreraient à repousser l’ignorance du peuple par un travail sur des connaissances de tous ordres.

Il s’agit pour les élites d’expliquer à chaque individu qu’elle est sa part de pouvoir et surtout de le sortir  de l’ignorance. Il nous faut s’attaquer à l’ignorance elle est la MERE NOURRICIERE DE TOUTE DICTATURE.

En privant les dictateurs de contradiction politique d’espace agonistique et surtout de l’absence de compétition pour le pouvoir central, non seulement on épargnerait des vies humaines, mais aussi on toucherait le point focal de ces dictateurs leurs égos démesurés  et le symbolisme. C’est là que ça fait mal car ces malades mentaux ont besoin des « fausses » victoires pour se croire forts. Pour illustration on peut analyser les propos du pouvoir de Déby à propos de la déroute des rebelles du mois d’Avril qui a fait l’objet de la part de Deby d’un exploit guerrier et triomphe c’est ce qui explique l’exposition au peuple Tchadien des rebelles capturés et tués histoire de montrer à d’autres téméraires le sort qui les attend. Or tout le monde sait qui a combattu contre les rebelles. A l’avenir il nous faut éviter d’offrir aux dictateurs-maisons ce genre de cadeau.  La non-utilisation de la violence les prive de toutes attitudes pouvant servir de prétexte.

Par une attitude non-violente et non politique, mais rapprochée au plus près des besoins fondamentaux des  populations, je crois que la pyramide du pouvoir de type dictatorial serait automatique renversée comme le montre les schémas ci-dessus.