Gbagbo et Ouattara au coude-à-coude en Côte d'Ivoire 

Les premiers résultats de l'élection présidentielle en Côte d'Ivoire, qu'aucun camp ne conteste, donnent le président sortant Laurent Gbagbo et l'ancien Premier ministre Alassane Ouattara au coude à coude.Lire la suite l'article

Après dépouillement de plus de la moitié des suffrages exprimés (2,2 millions sur 4,2 millions), les deux hommes étaient crédités chacun de 35% des suffrages, selon un décompte effectué par Reuters et reposant sur les chiffres annoncés.

Si cette tendance se confirme, aucun candidat en lice dimanche n'obtiendra la majorité absolue et un second tour, a priori le 28 novembre, sera nécessaire pour départager les deux candidats arrivés en tête.

Henri Konan Bédié, troisième candidat important, serait troisième avec 27% des voix dans ce scrutin qui doit permettre de faire sortir le pays d'une impasse politique et militaire vieille de huit ans.

"Il n'y en a pas eu (de contestations), il n'y en aura pas", a déclaré Yacouba Bamba, porte-parole de la commission électorale, à l'antenne de Radio France Internationale (RFI).

Les autorités continuent de collecter les résultats des bureaux de vote d'Abidjan, la capitale économique du pays rassemblant un tiers des électeurs inscrits, a-t-il ajouté.

APPEL AU CALME

La commission devrait être en mesure d'annoncer des résultats nationaux avant la fin de la journée de mercredi, comme prévu, a-t-il assuré.

Tout en félicitant les Ivoiriens pour le déroulement du scrutin, maintes fois reporté depuis 2005, les observateurs de l'Union européenne ont prévenu que le retard mis à annoncer les résultats risquait de faire naître des soupçons.

Le chef d'état-major de l'armée ivoirienne, le général Philippe Mangou, a lancé mardi soir un appel au calme et exhorté la population à ne pas céder à la panique dans l'attente des résultats.

"Nous devons tous garder notre calme et notre sérénité pour attendre les résultats", a-t-il déclaré dans une allocution diffusée en boucle à la télévision.

Lors de précédents scrutins, l'annonce de résultats serrés a dégénéré en violences en Côte d'Ivoire mais les rues d'Abidjan étaient calmes mercredi.

Ce climat d'incertitude a tout de même conduit les exportateurs de cacao à suspendre leurs activités dans les ports du pays mardi. Plusieurs d'entre eux pensent cependant reprendre le travail jeudi si la situation reste calme.

Avec Tim Cocks et Loucoumane Coulibaly, Pierre Sérisier et Bertrand Boucey pour le service français, édité par Gilles Trequesser