Climat

La rédaction - Bourdin & Co - RMC, le 05/11/2009

A quelques semaines du sommet mondial de Copenhague sur le climat, le ministre français de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo, défend le plan français d'aide aux pays pauvres.

"Des investissements rentables pour nous, Français..."
télécharger l extrait audio

A Copenhague du 7 au 18 décembre prochains, 192 pays tenteront de trouver un accord pour relayer les engagements du Protocole de Kyoto, dont la première phase expire fin 2012. L'objectif est de tenter d'éviter à la planète un dérèglement ingérable du climat. Pour ce faire, l'Union Européenne a d'ores et déjà approuvé une enveloppe d'aide globale de 100 milliards d'euros, apportée aux pays en développement. Un financement défendu notamment par le ministre français de l'Ecologie, de l'Énergie, du Développement durable et de la Mer, Jean-Louis Borloo : « Nous, les pays industrialisés qui avons beaucoup pollué, devons nous mobiliser pour financer le développement des énergies renouvelables dans les pays les plus vulnérables. Il ne s'agit pas d'instaurer un impôt. Nous réfléchissons à des financements innovants, sur les transactions financières par exemple. »

« C'est notre intérêt d'aider les pays les plus vulnérables »

Revenant sur le plan "justice-climat" qu'il présentera à Copenhague, Jean-Louis Borloo explique : « on aide les pays les plus vulnérables, parce que c'est indiscutable moralement, et parce que c'est notre intérêt. Un exemple simple : aujourd'hui, l'Afrique s'enfonce, elle n'a pas de lumière - 77% des Africains n'ont pas accès à l'énergie. Or, c'est l'endroit au monde où c'est le moins cher et le plus facile d'avoir de l'énergie, c'est la plus grande puissance énergétique solaire du monde, la plus grande biomasse du monde, avec le potentiel de fleuves le plus important, le vent sur les plateaux éthiopiens... Equiper l'Afrique en énergie renouvelable aujourd'hui, c'est lui donner un avenir, un espoir ; et ce sont des investissements rentables pour nous Européens, pour nous Français. Ça coûte 10 fois moins cher que de modifier notre mix énergétique. L'Afrique, c'est ou notre drame ou notre espoir. »

« L'investissement le plus rentable de toute l'histoire »

Pour désamorcer la question épineuse du financement de cette aide aux pays pauvres, le ministre de l'Ecologie en précise les modalités : « Rendre la lumière partout en Afrique, ça coûterait 250 milliards de dollars. Ce qui représente entre 10 et 20 milliards par an, sur 20 ans ; soit une taxe de 0,01 % - de tous petits prélèvements - sur les transactions financières. C'est l'investissement le plus rentable de l'histoire de l'humanité. L'Europe est un peu essoufflée. C'est nos emplois de demain, qu'aider à l'équipement énergétique de l'Afrique. [...] Ce n'est pas qu'un problème de solidarité. » Reste encore à convaincre les Chinois et les Américains... Mais pour cela aussi, Jean-Louis Borloo se montre confiant et prêt à « leur parler, parler, parler... ».

Pour écouter l'intégralité de l'interview de Jean-Louis Borloo, cliquez ici.