Allons-nous vers la mise au point d’un vaccin contre la shigellose, cette maladie diarrhéique qui fait des ravages dans les situations de drames humanitaires comme les catastrophes naturelles, les guerres, les camps de réfugiés ? 

C’est l’avis de chercheurs français de l’Institut Pasteur et de l’INSERM. Ils viennent de publier des résultats qu’ils estiment « porteurs d’espoir ».

Le candidat-vaccin est le fruit d’une recherche menée dans l’unité de Pathogénie microbienne moléculaire (Unité INSERM 786). Son nom de code est le SC599. Il s’agit d’un vaccin vivant atténué, obtenu par inactivation ciblée de certains gènes de la bactérie shigella dysenteriae

L’immunité peut être atteinte naturellement (mais assez rarement) en zone d’endémie explique Philippe Sansonetti qui a dirigé ce travail. Notre candidat-vaccin étant apte à mimer le processus naturel de déclenchement de l’immunité protectrice, nous avons l’espoir qu’il sera efficace.

Le premier essai de phase II (randomisé, en double-aveugle contre placebo)  a d’ailleurs été couronné de succès. La réponse immunitaire induite chez les volontaires suggère que le vaccin SC599 pourrait conférer une certaine protection soulignent les auteurs. Bien sûr, des nouveaux essais sur l’Homme devront venir confirmer ou infirmer l’intérêt de ce candidat-vaccin.

www.destinationsant e.com