Sur un site congolais, je viens de lire avec joie la déclaration du ministre congolais de la justice qui envisagerait  la liberation des 35 personnes detenues après la manifestation ayant eu lieu à Pointe-Noire lors des obsèques de Jean-Pierre Tchicaya ancien président de l'assemblée nationale. http://www.sudonline.sn/spip.php?article12323

Je me persmets de vous proposer en lecture, ma réaction, car les propos de ce ministre est une injure à la justice en tant que telle, et aux Congolais. Je ne pouvais pas rester sans réaction.  Afin de vous aider à me suivre voici ci-dessous les liens en relation avec ma reaction : www.congopage.com  et RFI: Congo-Brazzaville, mobilisation pour les détenus de Pointe-noire : http://www.rfi.fr/actufr/articles/107/article_75338.asp  et http://www.congo-internet.com 

Vraiment le fait du prince, une fois encore on a là la demonstration magistrale que cette famille se prend pour une monarchie et que les Congolais sont leurs sujets.

Je demanderais à Maître Malonga et les autres avocats voir des juristes d’aider ces 35 citoyens à porter plainte devant les juridictions congolaises, la cour de justice de l’Union Africaine et la commission des Droits de l’Homme de Genève de l’ONU pour :

-arrestation arbirtraire,

-emprisonnement sans jugement, tortures

-et atteintes à leurs droits fondamentaux.

Ils ont avec eux la constitution de 2002, la charte universelle des droits de l’Homme 1948 de l’ONU, la charte des droits humains l’Union Africaine (une citoyenne nigerienne a recemment gagné contre le Niger qui devra lui payer 50 millions de francs cfa, sachez que Sassou tient à son image au sein de l’Union Africaine) et les autres conventions internationales que le Congo a signé depuis 1960 à son admission à l'ONU, 1963 à l'OUA par exemple la charte contre la torture, la convention sur la CPI de la Haye.

Les 35 citoyens ne doivent pas prendre peur et ils doivent commencer par se plaindre auprès des juridictions congolaises, pour les raisons suivantes :

1- déjà pour demander reparation, car la constitution congolaise de 2002, interdit tout emprisonnement de citoyen pour delit d’opinion,

2- que la periode de garde à vue n’a pas été respecté,

3- cela pour demontrer s’il le faut par l’absurde qu’il n’y a point de démocratie dans ce pays où règne une dictature.

4- Parce que la justice devient obsolète quand les citoyens ne s’en servent pas, il faut que les acteurs congolais épris de justice, de libertés fondamentales et du respect de la vie, doivent se saisir de façon intégrale de la constitution pour obliger cette dictature à respecter les textes qu’elle a elle-même pondus.

Il faut arriver, avec le temps, à pousser cette pseudo démocratie à devenir une vraie démocratie en multipliant les actes de justice.

Car cette dictature se sert toujours de textes legislatifs pour opprimer, en cela, elle est habile.

La preuve elle interdit toutes les manifestations de l’opposition au dernier moment en se servant de la loi.

Pour cela je conseille aux opposants de deposer un recours systématique devant le tribunal.

Et comme ce regime n’est pas bête, lorsqu’il s’agit de créer le mal, vous pouvez remarquer qu’il convoque souvent les opposants le vendredi afin que ces derniers ne deposent pas un recours administratif dans les delais.

Donc pour les opposants il faut changer des tactiques préparer des plaintes et avec les portables agir.

Dans tous les cas il faut deposer plainte devant la cour suprême en se servant des articles de la constitution de 2002 et faire le maximum de publicité autour.

En multipliant de tels actes, ils finiront par rendre ridicule cette dictature et surtout ils vont la decrédibiliser, car chaque fois que le pouvoir de Brazzaville foulera au pied ses propres textes, moralement il alimentera de fait et de façon naturelle la raison pour les citoyens : les fondements légitimes de la désobéissance civile.

Une chose qui doit être comprise c’est que le pouvoir par ses actes illégaux va créer une jurisprudence qui va lui oter de façon naturelle, les raisons de continuer son règne d’iniquité et de deni de justice en invoquant la loi.

Il sera obligé d’enlever ses habits de democratie pour utilser la violence, or nous savons bien que le cours de l’histoire nous entraîne inexorablement vers la démocratie et le règne de l’intelligence.

En effet, pendant la guerre du Vietnam beaucoup des Noirs américains ont refusé d’aller combattre pour les Etats-Unis en invoquant la raison morale qui était "pourquoi aller se battre pour un pays qui ne vous a jamais reconnu vos droits", rappellez-vous du cas du boxeur Mohamed Ali qui refusa d’aller combattre au Vietnam et avec d’autres Noirs, ils se sont basés sur les actes juridiques des cours de justice de différents Etats et surtout de la cour suprême fédérale qui avait pour habitude de débouter les plaintes des Noirs.

Les Congolais doivent obligatoirement s’inspirer de la lutte des Noirs Américains qui se sont toujours (compte tenu des rapports de force défaorables) obligés à se plaindre devant la cour suprême des USA tout en sachant qu’ils allaient perdre, le but était de prouver aux autres que la vérité et justice finissent toujours par triompher peu importe le temps.

La stratégie des Noirs Américains surtout c’était de créer une jurisprudence qui obligeait les racistes blancs à ne plus utiliser la loi pour opprimer les Noirs, c’est ce que Mandela avec l’ANC avaient fait pour lutter contre l'apartheid,tout comme Gandhi avec les Britanniques en Inde.

Cette façon oblige les dictateurs à devenir par leurs propres actes illegaux et à faire triompher la justice.

POUR RAPPEL :

GILBERT NSONGUISSA MOULANGOU

EST TOUJOURS EN PRISON