GUERRE AU CONGO DEMOCRATIQUE : La nouvelle guerre ‘froide’ des USA contre la Chine en Afrique !

lundi 8 décembre 2008 |

Les images de cadavres de l’est du Congo défilent sur nos écrans, patrie du grand patriote Patrice E. Lumumba. Encore une fois les « sauvages » africains se tuent entre eux. L’armée congolaise est présentée par les médias de l’impérialisme occidental comme une bande de mercenaires corrompus qui tuent, pillent, violent. L’ordre règnerait du côté des « rebelles Tutsis » dont on nous cache qu’ils sont armés, formés et appuyés par l’Etat Rwandais dirigé par le Général en civil Paul Kagamé. On est loin des années 1994 du génocide quand le Front patriotique du Rwanda (FPR) au pouvoir à Kigali menait une guerre anti-ethniciste et antifasciste de 1990 à 1994 contre le « Hutu power » armé, soutenu et appuyé par un contingent français. Une fois le génocide déclenché l’opération « Turquoise » décidée par le président social démocrate F. Mitterrand protégea les génocideurs mêlés aux populations Hutus pour qu’ils se replient dans les camps de l’autre côté de la frontière au Congo.

On se souvient qu’en 1996 l’armée Rwandaise et pratiquement les 9 Etats frontaliers du Congo soutinrent le déclenchement de la lutte armée victorieuse de l’Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération (AFDL) de Laurent Désiré Kabila contre le plus grand assassin de Congolais après la colonisation belge, l’agent de la CIA, Jospeh Mobutu.

L’alliance nationaliste congolaise et panafricaine vola en éclat en 1998 lorsque le Rwanda envahit le Congo après une tentative manquée de renversement de L.D. kabila. Il apparaît de plus en plus que Kabila père a été assassiné pour avoir tenté de desserrer l’étau des diktats US en signant des contrats économiques avec la Chine.

La signature d’un contrat avec la Chine sur l’échange d’infrastructures contre du cuivre et du cobalt pour un total de 9 milliards de dollars est la cause immédiate de l’offensive militaire de Laurent Nkunda qui dirige une faction rebelle intégrée dans le cadre de « l’accord de paix » qui avait imposé la formule « 4 plus 1 » à savoir un président et 4 vice-présidents dont trois rebelles soutenus par le Rwanda et l’Ouganda les deux pays agresseurs par « rebelles » interposés.

Puis le gouvernement congolais a décidé de revoir les termes des 60 contrats miniers les plus importants. Inacceptable pour les multinationales occidentales, notamment la plus grande multinationale active dans le secteur du cuivre : Freeport Mc Moran, laquelle possède la majorité des actions dans la société minière congolaise Tenke Fungurume suite à des machinations qui ont réduit les parts de la société congolaise Gécamines de 48 à 14 %.

Le Forum International pour la Vérité et la Justice dans l’Afrique des Grands Lacs qui réunit des personnalités, tel le Prix Nobel de la Paix Adolfo Pérez Esquivel, l’élue au Congrès des Etats-Unis Cynthia A McKinney, le Président de la Fondation S’Olivar Joan Carrero, et la Fédération des Comités de Solidarité avec l’Afrique Noire, vient de dénoncer les « rebelles » de l’est du Congo comme « les gendarmes de groupes beaucoup plus puissants ; ils agissent pour le compte de ceux qui s’opposent à ce que la Chine pénètre où que ce soit au Congo ». L’enjeu est ici est les minerais stratégiques qui se trouvent dans l’est de la RDC, et en particulier une variététrès spéciale de coltan, un composé de colombite et de tantale, indispensable dans l’industrie des télécommunications, et de caserite. Le Forum International pour la Vérité et la Justice dans l’Afrique des Grands Lacs constate que « le Rwanda est un grand exportateur de coltan, mais n’a pas de coltan sur son territoire ».

Même la MONUC, force d’interposition de l’ONU de 17.000 casques bleus, est accusée : « La MONUC disparaît fréquemment quand Nkunda a le vent en poupe et, inversement, elle s’interpose et joue son rôle de modérateur lorsque Nkunda est acculé par l’armée congolaise ».

Si à la frontière du Soudan du côté Tchadien, comme l’a révélé l’horrible scandale de l’Arche de Zoé, c’est l’Union européenne (UE) à travers la présence militaire française qui est en pointe pour contraindre le pouvoir de Khartoum à abandonner sa relation « Sud/Sud » avec la Chine, surtout dans l’exploitation pétrolière, en RDC, c’est le Rwanda et les dits « rebelles » Rwandais qui sont le fer de lance de la nouvelle guerre ‘froide’ de l’occident impérialiste contre le développement économique de la Chine. Cette nouvelle ‘froide’ a déjà fait plus de 4 millions de morts au Congo.

Nous exigeons le respect de la souveraineté, de l’indépendance et de l’unité territoriale de la RDC. Novembre 2008

Diagne Roland

SOURCE : www.sudonline.sn