Gardez-vous des cosmétiques dépigmentants ! Une équipe britannique relate la mésaventure d’une jeune femme d’origine africaine, obnubilée par la couleur de sa peau. Elle a donc voulu l’éclaircir à tout prix. A grands renforts de crèmes soi-disant adaptées, elle s’est finalement retrouvée… gravement malade.

Prise de poids incontrôlable, grossesse impossible, teint zébré, ecchymoses… L’équipe médicale du Hammersmith Hospital de Londres, n’en revenait pas. Cette jeune femme de 28 ans présentait également une faiblesse musculaire et une inflammation des muqueuses de la bouche et du pharynx.

Face à ce tableau clinique inquiétant, la patiente a bien été obligée de lâcher le morceau : depuis 7 ans, elle étalait quotidiennement sur sa peau une crème dépigmentante vendue - illégalement bien sûr - en épicerie ! Une crème qui s’est révélée contenir du clobétasol. Or ce dermocorticoï de très puissant, habituellement utilisé à très faibles doses dans le traitement de dermatites atopiques et de psoriasis en plaques, ne devrait pas être accessible sans ordonnance. Et moins encore, hors pharmacie !

Ce problème existe aussi en France. Et il est certainement sous-estimé, explique le Dr François Desruelles, dermatologue à Nice. Ces crèmes sont achetées en dehors du circuit légal par des personnes d’origine africaine. Il s’agit très souvent de produits importés et de préparation artisanale. Ils contiennent généralement des corticoïdes dangereux. Certes il existe des crèmes dépigmentantes vendues en officine. Mais si leur innocuité est garantie, leur efficacité elle, est limitée. Rappelons donc, qu’un médicament n’est pas un produit comme les autres. Il s’achète en pharmacie, et nulle part ailleurs. Certainement pas en épicerie. Et puis … restons nous-mêmes, tels que la Nature nous a faits !
www.destinationsant e.com