Essayons de les rechercher et de les en analyser si possible. La liste ci-dessus n’est pas exhaustive.

Quelles sont les causes ?

Pour le Tchad.

Depuis l’indépendance, aucun changement de pouvoir ne  s’est fait sans violence.

La violence est donc la grande caractéristique de la vie socio-politique du Tchad.

Une volonté affichée de fausser le jeu démocratique par un refus de compétition loyale et honnête entre différents acteurs du personnel politique.

Des positions géostratégiques mondiales faisant intervenir dans le jeu politique interne des acteurs extérieurs notamment les  puissances coloniales et occidentales( France, Europe et Usa),

Une absence de l’Etat de droit caractérisée par l’impunité, la corruption, le népotisme et l’incompétence techno-administrative.

Une ignorance des droits et devoirs de la grande masse.

Un manque de vision et de compréhension des fondamentaux des enjeux par l’opposition

Pour le Kenya

Pour comprendre le problème Kenya qui est un modèle facilement reproductible dans toute contrée africaine, il paraît évident de souligner plusieurs facteurs et/ou éléments aggravants suivants :

Dans la liste des causes on peut évoquer

Le manque de véritable Etat de droit dans l’esprit des acteurs pour l’installer et dans la lettre en ce qui concerne son respect.

La présence de la forte corruption de tous les secteurs de la vie

La présence encore sur la scène politique des vieux de l’époque du parti unique, modèle de pouvoir par excellence liberticide et anti-démocratique.

Le faible niveau de développement économique

La mauvaise gouvernance qui est la conséquence directe de la médiocrité politique et de l’incompétence technique des gouvernants et de l’administration.

La faible représentativité sociale et économique de toute forme de société civile et élite.

Dans la liste des facteurs aggravants en premier lieu on trouve :

le phénomène dit ethnique ou tribal,

La pauvreté spirituelle, culturelle, mentale, sociale, économique des populations surtout des jeunes.

Quelle analyse peut-on en faire ? 

A la situation géostratégique de l’Afrique et au passé colonial , les evenements qui viennent de se dérouler dans ces deux pays mettent en lumière l'échec du personnel politique africain dans son ensemble et surtout de l'opposition qui jusqu'alors n'a pas encore su bâtir des stratégies efficaces  pour installer un véritable jeu démocratique honnête.C'est le cas de ce qui vient aussi de se passer au Cameroun.

Ces événements montrent plutôt que la lutte pour le pouvoir central par les opposants n’est qu’une lutte pour accéder de façon individuelle  aux différentes  positions de rente que génère le pouvoir.

Il manque aux populations une identité politique et une conscience de leurs libertés individuelles (ne pas se soumettre à qui que ce soit) et de leurs droits fondamentaux.