Après l’annonce de la fin de françafrique faite par le ministre français Jean-Marie Bockel à propos des relations franco-africaines, plusieurs médias africains et français ont salué cette initiative et s’en sont réjouis de concert avec la plupart des Africains qui luttent pour l’émancipation africaine, confortés en cela par des réactions négatives de certains dictateurs.

Que peut-on dire ?

Attention c'est vite aller en besogne, la France vient de changer de stratégie face à la montée de plus en plus visible et bientôt retentissante du sentiment anti-français qui se développe à grande vitesse en Afrique francophone là où la France soutient les dictateurs.

A mon avis la France nous refait le coup de 1958-1960 (les pseudo-indépendances), et de 1989 (avec la Baule), toujours désamorcer à temps la bombe africaine. Elle ne fait que changer de visage pour s'adapter au nouveau contexte. Cette annonce d’intention n'est pas faite pour le bien des Africains et je crains comme à l'habitude que les Africains s'illusionnent et déchantent dans quelques années.

Ils doivent plutôt réfléchir et analyser en profondeur cette annonce, qu'est-ce qu'elle cache en vérité ?

Et quelles sont les stratégies à adopter pour les intérêts des Africains ?

Ce sont plutôt ce genre des questions qu'ils doivent essayer d'y répondre au lieu de danser comme d'habitude.

Je crois pour ma part, que cette nouvelle attitude de la France est l'une des conséquences de l'intrusion de la Chine et l'Inde sur la scène active de l'économie mondiale, - Le lancement de la voiture Nano par l'entreprise indienne Tata inquièterait au plus haut niveau et de façon sérieuse les constructeurs européens.

On devra considérer cet événement, qui a été suivi au niveau planétaire, comme ce qui s'est passé en 1989 avec la chute du mur de Berlin (novembre 1989) lors de la réunification de deux Allemagnes.

La posture coloniale et arrogante des Français en Afrique au fil de temps est devenue très difficile à tenir. Ils sont de plus en plus distancés par les Asiatiques (Japonais, Coréens) et surtout par la paire Chine-Inde.

La conséquence à court terme de l'exemple indien est de montrer aux Africains la voie à suivre, surtout que les télévisions occidentales y compris françaises ont pendant des décennies montré aux Africains la misère indienne.

En effet dans l'imaginaire africain, l'Inde était derrière eux excepté dans le domaine religieux. Avec la Nano, les Africains ont suivi en direct, la renaissance d'une nation sous-développée.

Et ils sont de plus en plus nombreux à se dire qu'eux aussi en sont capables, c'est aussi des Noirs comme eux, le complexe d'infériorité vis à vis de l'Occidental est entrain de tomber.

Et cela oblige la France à jouer aux sentiments, si elle veut continuer à garder sa position de rentier sur les matières premières africaines due essentiellement à sa pseudo supériorité héritée des avatars de la colonisation.

Comme beaucoup des militants tiers-mondistes français et combattants africains ont conditionné les Africains que l'origine de leur malheur était la Françafrique, alors pour récupérer ces militants et combattants, la stratégie gouvernementale française est de s'attirer leur sympathie voire leur aide naïve pour contrer les entreprises chinoises et indiennes.

D'où cette annonce calculée qui ressemblerait à s'y méprendre au discours de la Baule par Mitterrand. On connaît depuis lors les diverses fortunes qu'a connues les pays d'Afrique centrale qui ont toujours à leur tête des dictateurs ayant en moins de 20 ans (le temps pour une génération de disparaître) réussi de manière brillante l’exploit et la mission de conduire ces pays vers la régression.

En ce laps de temps tous les acquis en matière de santé, d'éducation, d’alimentation, de construction d'Etat de droit et de justice et de construction d'unité nationale ont volé en éclats.

En effet l'espérance de vie a reculé, pour se situer en dessous de 50 ans, la moyenne étant pour l’Afrique de 46,6 contre près de 80 en Europe, 

La mortalité infantile a atteint des niveaux inquiétants, l'économie nationale démantelée,

Les taux de scolarisation ont baissé, les systèmes éducatifs sont à l'abandon total

L’Afrique ne produit presque rien, quand en 1970 l’Afrique arrivait à se nourrir, en 2008, elle est obligée d’importer plus du tiers de la moitié de ses revenus pour se nourrir, toute l’Afrique connaît la pénurie de production du ciment quand on connaît que l’Afrique regorge des gisements immenses,

L'Afrique d’après la Baule connaît une exploitation anarchique de ses matières premières.

La corruption a atteint des niveaux records voire de non retour de type mafieuse, des fonctionnaires de l’administration, de la justice et des forces de l’ordre ont acquis à cause de l’impunité généralisée des situations et positions de rente.

La justice a perdu de sa véritable fonction celle de résoudre les conflits et de réguler le fonctionnement harmonieux du pays tant au niveau politique  qu’au niveau civile.

L'Etat est devenu inexistant sur des pans entiers des territoires de ces pays,

L'aggravation des identités ethniques ou tribales ayant entraîné des guerres inciviles dans des pays naguère dits pacifiques où il faisait bon d’y vivre quand même.