07 avril 2006

Pour Parler d'Afrique , est-ce par orgueil que l’on doit uniquement se concentrer sur le fait de paraître moderne ?

Et c'est la que j'aimerai qu'on discute. N'est ce pas notre orgueil qui nous pousse a nous concentrer uniquement sur ce qui fait paraître moderne? CAD construire des voitures et boursicoter? Et cette orgueil n'est il pas utilisé par l'occident? Bientôt les matières premières ne seront plus aussi présentent, n'est ce pas un moyen cette industrialisation importé de transformer l'Afrique en main d'oeuvre industriel? Vous proposez de l'industrialiser avec nos propres fonds, pour être indépendant et ne pas se retrouver en esclavage industriel! Bonne idée mais il faut une volonté étatique pour maintenir et produire ce type de technologie. Mais surtout et c'est ça que je voulais vous montrer; est ce que ce sont vraiment les besoins du pays? Et la vous verrez que non. De même cette volonté étatique passe par une assise populaire qui demande qu'on s'occupe de ces besoins fondamentaux. On a ni besoin de construire des voitures pour l'instant ou de boursicoter……………….

Et je vous donne à lire ma réponse.

Non cet orgueil n’est pas utilisé par l’Occident, ce qu’il utilise, c’est d’alimenter par des leurres la relation psycho-névrotique colonisé-colonisateur. Au lieu que nous consacrons notre réflexion à chercher d’autres possibles, nous nous focalisons sur une donne qui est en train de changer. Nous avons intérêt à discuter sur des réalités et non sur des dogmes, c’est pour cela que nous devons repérer et identifier nos choix.

La réalité africaine est que le continent est en danger de mort, est-ce qu’au nom de l’orgueil africain que nous allons nous laisser mourir ? Par exemple vous soulevez le problème qu’il faut une volonté étatique pour produire et soutenir une industrie locale, cela est vrai si nous nous trouvons dans des conditions idéales, c’est-à-dire un gouvernement et une société civile au service de nos pays. Est-ce le cas ? Non, vous allez me rétorquer qu’il faut les enlever, mais il y a hic puisque vous allez vite battre en rase campagne en disant que nos dirigeants actuels sont hyper puissants à cause de l’Occident qui les soutient (thèse que je ne partage pas à 100%) donc il faut demander à l’Occident de nous laisser tranquille. Pour ma part je trouve cette attitude puérile, car l'Occident a beaucoup des raisons de ne pas lâcher l'Afrique surtout que la philosophie qui le gouverne est celle du non partage. L'occident ne partage que dans son intérêt, même l'aide humanitaire est faite pour servir ses intérêts. Croire que l'Occident va lâcher l'Afrique est une utopie de la même façon qu'attendre des hommes providentiels pour sauver l'Afrique en est une autre qui retarde le reveil du continent.

Par contre si nous Africains pris individuellement croyons fermement que nous avons les dirigeants que l’on mérite, nous allons commencer par poser les questions du genre « pourquoi sommes-nous arrivés là ? » « pourquoi l’Occident continue à nous imposer sa dictature ? » D’autres questions sur le pourquoi à mon avis nous conduiront inévitablement à se rendre compte que nous donnons trop d’importance à l’Occident dans la recherche de nos solutions.

A l’heure actuelle nous devons nous passer du concours de l’Etat car le pouvoir doit être détenu par chacun de nous. Il nous suffit de nous libérer de nos complexes et frustrations. Oui nous n’avons pas besoin de construire des voitures pour paraître moderne vis-à-vis du « blanc » cela dans une première phase, mais nous avons besoin des voitures, alors comment on fait pour les avoir ? De l’argent, où trouver de l’argent ? Là où il se trouve. Donc vous voyez que la logique du rejet ne suffit pas. Vous dites que l’on a pas besoin de boursicoter, effectivement si un Etat patriotique africain se mettait à boursicoter, il lui sera très difficile de le faire car sa stratégie devient prévisible et doit s’attendre à la réaction légitime des autres. Son intelligence sera d’avoir prévu cette réaction dans ses choix pour pouvoir de manière efficace y répondre. La Libye par le biais des sociétés d’investissement détenait des actions dans plusieurs sociétés occidentales. L’Arabie saoudite récemment avec les miettes de pétrodollars que lui laissent les compagnies américaines a acheté uns société américaine de gestion des ports américains. Les USA se sont retrouvés face à un dilemme moral et puis étaient obligés d’accepter. Pour poursuivre sur cet exemple, je dirais que cela eu lieu parce que les USA n’ont pas des moyens de rétorsion en dehors de la force militaire, mais elle doit trouver justification morale aux yeux de l’opinion internationale car le monde est devenu un village. C’est aussi parce que en Arabie Saoudite (où il n ‘ y a pas de démocratie) les gens peuvent manger à leur faim, dormir sous un vrai toit, se soigner sans problème avec des médecins compétents.

Et pourtant là-bas aussi les occidentaux exploitent leur pétrole. Les dictateurs de ces pays sont entourés des personnes qui ne sont pas frustrées et complexées vis-à-vis du blanc ils sont fiers de leur culture, ce qui n’est pas le cas de nos gouvernants qui sont encore de grands enfants voulant faire plaisir au blanc coûte que coûte- vous allez encore certes me dire que c’est arrière garde de parler ainsi ou de vouloir régenter le mode de vie des Africains, mais c'est ça la réalité africaine.

Une chose est sure que l’on constate bien une nette différence entre Dubaï et Brazzaville, entre Doha et Lagos, entre Bahreim et Libreville, entre Koweit city et Luanda tous des pays producteurs de pétrole exploités par les Occidentaux. Dans les premiers cités il y a tout, tandis que dans les seconds il vous manque des mots pour signifier votre dégoût.

Là-aussi on ne manquera pas de me dire que Sassou, Bongo, Dos Santos ne sont pour rien car les Occidentaux les empêche de travailler pour leur pays respectifs (Congo, Gabon, Angola) pour continuer à obtenir nos ressources gratuitement. Et les pays du golf comment font-ils ? Je vous laisse trouver des réponses.

Les pays du Golf sans complexe, par des stratégies ont investi partout (entendez les pétrodollars). Par cet acte il devient difficile à l’Occident de faire hara kiri. Croyez-vous que les Africains sont ils incapables de faire pareil ? Oui, si on continue à se fixer des barrières mentales. Ces barrières sont enfouies en nous comme des tyrans nous empêchant d’opérer des choix et de se libérer. Nous préférons le confort douillet de la routine ‘c’est l’Occident qui nous empêche d’évoluer ».

Cela le « blanc » le sait et nous y encourage à rester sur ce terrain. C’est ce qui fait que dans les pays CFA (colonies française d’Afrique) les Africains sont convaincus de l’impossibilité de s’en sortir c’est parce que le pouvoir de chaque individu est aliéné par la misère économique (famine, pas de logement, ) éducative (pas de structure d’éducation tant traditionnelle que moderne) qui accroît l’ignorance (meilleure des dictateurs) culturelle, sanitaire (tous les africains sont démunis face à la mort par manque de soins de santé) toutes ces aliénations du pouvoir de chaque individu à disposer d’eux-mêmes les rendent fragiles et les mettent à la disposition de tout tyran et esprit amoral et immoral.

Par contre si les Africains sont convaincus que « le blanc » n’aura pas le dernier mot sur eux, je vous garantis que tous les dictateurs que nous entretenons par notre passivité disparaîtront un à un. Plusieurs évènements et actes de par le monde confirment cela. Je pourrais citer le cas du Vénézuala avec Hugo Chavez (voyez comment les Américains lui mènent la guerre), il est soutenu par le peuple. On peut aussi évoquer le cas de la Bolivie et du Chili. Longtemps ces pays ont été « la chasse gardée » des Usa mais ils commencent à se défaire car dans ces pays d’Amérique latine qui ressemblaient à ceux d’Afrique, les sociétés civiles ont fait leur travail celui de conscientiser les populations et surtout de tenter par des actions à apporter des solutions à la misère. Que font les sociétés civiles africaines si elles existent ? Rien, que développer des thèses qui déresponsabilisent les Africains « on ne peut rien faire à cause de la Françafrique » s’entend on dire dans les pays CFA. En effet cette thèse est à moitié recevable, car elle élimine toute recherche de solution. Pour ma part, je pense que cette théorie doit seulement servir pour identifier une composante essentielle des forces s’opposant au processus d’évolution de l’Afrique. Cette identification est nécessaire pour sortir de la routine, se rendre moins prévisible afin d’augmenter notre marge de manœuvre. Elle ne doit pas être une fin en soi. Nos sociétés civiles et chaque Africain doivent s’investir d’une mission de responsabilité historique et morale à trois volets

Premier volet : vis-à-vis de l’héritage à laisser à nos descendants, quel sera le futur

Deuxième volet : quelle est ma part d’implication historique et morale dans ce qui se fait actuellement et dans le futur, tous mes actes isolés ont une incidence.

Troisième volet : qu’est ce que je dois faire ?

Posté par Kibaya à - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Pour Parler d'Afrique , est-ce par orgueil que l’on doit uniquement se concentrer sur le fait de paraître moderne ?

Nouveau commentaire