Pointe-Noire de 1950 à 1955

Le village va continuer à s'agrandir plus rapidement qu'avant et cela plus que le quartier européen  du fait de l'ambiguïté des lois coloniales à propos du foncier, le développement de la partie africaine de la ville sera de la volonté des fameux propriétaires terriens, en effet leur droits étant reconnus dans le code foncier noir des colonies.

Le quartier européen va poursuivre sa densification au gré des activités économiques et de l'arrivée des européens, cette partie de la ville est exclusivement réservée aux blancs.

Le quartier du losange va connaître un deuxième développement, par la construction de nouveaux bâtiments, quelques routes et avenues vont être créées dans cette partie.

Le village africain va abandonner définitivement la logique de l'îlot du type haussmanien.

C'est la division en petites ruelles non rectilignes, qui prévaut, les surfaces des parcelles sont différentes les unes des autres. On constate une absence de place publiques ou des terrains libres dans le village africain. Ce sont les quartiers Matende, la dernière partie de Mvou-Mvou.

pointenoire_0051

Carte de la ville de 1950 à 1955 Figure 4

Pointe-Noire de 1955 à 1960

Le quartier Mvou-Mvou va se développer sur la direction Nord vers la rivière Songolo, et se densifier en population. A cette même période va apparaître le deuxième quartier dit illégal de la ville, c'est le quartier Planches, avec son église (après) en planches de bois de couleur blanche. 

Comme toujours dans pareille situation l'occupation des terres se fera anarchiquement. Ce quartier n'aura pas assez de surface, car coincé entre la route de Brazzaville et la rivière Tchikobo. Plus tard il y aura un nouveau découpage.

Le cimetière de la ville qui devait se trouver hors de la ville, sera totalement entouré par un nouveau quartier.

A la fin de 1960, Pointe-Noire avait consommé ses meilleurs terres, il ne restait que des terres marécageuses. le développement de la ville ne pouvait se faire que par une densification des quartiers, c'est ce qui se passa à partir de 1960.

pointenoire_006

CARTE DE LA VILLE DE 1955 à 1960 Figure 5

Pointe-Noire de 1960 à 1970

1960 sera un tournant dans l'évolution de la ville, il faut noter que c'est l'année de l'indépendance, même si l'indépendance n'est pas encore réelle, par contre les rapports sociaux ont changé, c'est-à-dire que les forces conservatrices vont redevenir fortes.

Ainsi, ce développement spatial de la ville que l'on croyait atteint va se poursuivre avec une vitesse inouïe, c'est-à-dire que l'on va franchir les limites naturelles qu'étaient les rivières et les forêts.

Ce sera la naissance des quartiers Culotte, Makaya-Makaya (qui veut dire en langue locale feuilles-feuilles, cela pour signifier que c'est une forêt très touffue), Mbota, Mbota-Louissi, (respectivement du nom des rivières, petits affluents de la Songolo) et Nkouikou.

pointenoire_0071

pointenoire_007